La baguette magique pour rendre ses employés autonomes

On veut tous des employés plus responsables, plus autonomes. C’est le secret du succès d’une organisation performante (chut ! Ne dites pas le secret à tout le monde !) Pourtant, les données statistiques montrent que :

82 % des cadres reconnaissent qu’ils ont « une capacité limitée ou nulle » à tenir les autres responsables avec succès
91 % des employés diraient que « responsabiliser efficacement les autres » est l’un des principaux besoins de développement du leadership de leur entreprise.

L’entreprise de recherche derrière ces études (Gallup) a constaté que seulement :

14 % des employés estiment que leur performance est gérée d’une manière qui les motive
26 % reçoivent des commentaires moins d’une fois par an
21 % ont le sentiment que leurs indicateurs de performance sont sous leur contrôle
40 % ont l’impression que leur cadre tient responsable des objectifs qu’ils se sont fixés. Ajoutez à cela le fait que 70 % des employés estiment que leurs gestionnaires ne sont pas objectifs dans la façon dont ils évaluent leurs performances, et il n’est pas surprenant que 69 % des employés ne se sentent pas à la hauteur de leur potentiel au travail. Ouf ! Ça fait beaucoup de chiffres, mais ceux-ci en disent long sur les perceptions de rétroaction qui sont à la base de la responsabilisation.

La responsabilisation est générée par plusieurs actions concrètes, principalement

  1. Du feedback régulier
  2. Des suivis, des suivis et encore des suivis
  3. Des objectifs clairs et atteignables
  4. La façon d’agir du gestionnaire

Plutôt que de faire le tour des dossiers de votre employé et d’en surveiller les avancées, poser lui des questions ouvertes telles que : «Qu’avez-vous appris ce mois-ci», «Qu’est-ce qui te rends le plus fier?», la qualité du feedback et de son impact augmenteront grandement et de ceci en découlera un sens accru des responsabilités.

Lorsque les employés croient que leurs patrons sont sincèrement intéressés par leur réussite, ils se sentent moins surveillés et moins enclins à cacher leurs moments où ils ont moins bien performés, ce qui disons-le deviens alors une mine d’or d’apprentissage. On souhaite que les employés soient à l’aise de nous répondre : «Je ne sais pas», et que cette phrase se termine par : «mais je vais le découvrir.»

Pour générer plus de responsabilisation, nous avons besoin de plus d’humilité collective. Dans un monde où connaître la réponse est extrêmement valorisée, il faut plus de remise en question. Les dirigeants ont également besoin d’humilité pour reconnaître leur contribution aux échecs des employés. La question à se poser et à laquelle réfléchir est la suivante: La personne avait-elle les ressources, les compétences, le soutien, l’équipe et les délais réalistes pour réussir?

Alors, gestionnaires, allez-y et prenez le temps de donner de la rétroaction afin de mieux responsabiliser vos employés.

Sources :
hbr.org

Auteur :
Valérie Villeneuve, ADM.A Associée et experte-conseil | ALTERNATIVE RH